Background Newsroom Oreca

Newsroom

Pour accéder à l'espace presse, vous devez saisir le mot de passe dans le champ ci-dessous :

Retour sur les 24 Heures du Mans : Ibanez Racing

Compétition client
- 1708 vues
Partager via :

24H du Mans 2015 race« Beaucoup de fierté ». Voilà, ce qui ressort de la première participation – en son nom propre – du team Ibanez Racing aux 24 Heures du Mans, selon les mots de son directeur. José Ibanez, qui faisait partie de l’équipage des pilotes de la ORECA 03R n°45 aux côtés d’Yvan Bellarosa et Pierre Perret, savoure pleinement le « travail effectué par toute l’équipe pour arriver à finir la course, avec en plus un bon classement ».

Le team val-d’oisien a brillamment négocié cette première au Mans, effectuant une course régulière et sûre, le menant au top 8, après être en parti en 18e position sur la grille. « Nous avons fait une course sans faute, tant du côté de l’équipe technique que des pilotes : pas un tête à queue, pas un seul bac, ce qui nous a permis de voir le drapeaux à damier à cette honorable 8e place », se félicite José Ibanez.

La stratégie de course, élaborée en collaboration avec la team manager Véronique Blanchard et l’ingénieur d’exploitation Emile Cogniot, a ainsi été respectée à la lettre. « Nous savions que nous n’étions pas les plus rapides, avec trois pilotes gentlemen. Nous avions donc pour consigne de ne prendre aucun risque, de ramener l’auto et de faire attention. Nous étions très confiants car nous avons une bonne équipe. Mais il subsiste toujours cette part d’inconnu qui fait que rien n’est jamais joué d’avance ».

La prudence a présidé. Mais cela n’a pas empêché la #45 de faire valoir ses atouts au milieu de la meute des (nombreux) concurrents LM P2. A commencer par son état d’esprit. « Mentalement, nous n’avons certes pas le même niveau de préparation que certains teams pros, cependant nous avons une grande cohésion et une belle complicité entre nous, en plus d’un profond respect. C’est aussi très important dans la façon d’aborder la course et l’envie de ramener la voiture intacte au pilote suivant », décrit le patron-pilote.

José Ibanez et son team ont également su avantageusement tirer parti de leur position de Petit Poucet : « Personne ne nous attendait à cette position. Nous n’avions rien à prouver. Nous rêvions de participer à cette course mythique, de faire partie de ceux qui, par leur passion et leur travail ont réussi à franchir la ligne d’arrivée. Nous voulions juste faire une belle course, dans le véritable esprit du Mans».

24H du Mans 2015 raceMission réussie, donc, et cela doit aussi beaucoup à un autre atout, selon l’intéressé : « La ORECA 03R est d’une fiabilité exemplaire. Nous avons suivi les préconisations constructeur et cela a payé. Nous n’avons rentré la voiture au box que deux fois : une pour le remplacement de l’extracteur suite à un léger contact avec une Ferrari et une autre pour remettre de l’huile ».

Bref, tout a finalement parfaitement fonctionné pour ce premier « double tour d’horloge » sarthois. « Une voiture très fiable, la régularité et la maîtrise des pilotes, la précision et la rapidité des mécaniciens, la stratégie mise en place par les ingénieurs, la coordination et l’oeil du team manager : un team, c’est une équipe, et plus que jamais l’issue de la course dépend de ce travail d’équipe et de l’implication de chacun », résume José Ibanez, très satisfait de ses troupes, qui ont « gagné en confiance au Mans ». De quoi développer l’appétit du team.

Le directeur espère ainsi « décrocher de beaux classements d’ici la fin de la saison en ELMS ». Il évoque, surtout, la possible mise en œuvre d’un nouveau programme, avec une « participation envisagée en Asian Le Mans Series ». Mais tout cela, bien sûr, ne sera réalisé que dans un seul but : « Disputer de nouveau les 24 Heures du Mans en 2016. Si l’on pouvait, on en serait très heureux ». Maintenant qu’il y a goûté, Ibanez Racing ne peut déjà plus s’en passer.

Recherche


     
    70ca250b8fd91494bf0265954b58784e,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,